Présentation

Le sens a besoin d’une épaisseur, d’une densité, d’une masse, et donc d’une opacité, d’une
obscurité par lesquelles il donne prise, il se laisse toucher comme sens précisément là où il
s’absente comme discours
Jean-Luc Nancy, Le poids d'une pensée, l'approche. Editions de la Phocide, 2008.



Attentifs à la capacité signifiante des espaces publics, à leurs sonorités, à leurs métamorphoses, à l’évolution de leur matérialité, de leurs architectures, à ce qui y survit et à ce qui y survient dans l’ordre du réel comme dans l’ordre du symbolique collectif, nous souhaitons constituer, au sein de l’Ecole supérieure des beaux-arts du Mans, une Unité d’Expérimentation et de Recherche qui visera, en association avec des étudiants et en relation avec des partenaires - université ou d’écoles supérieures -, à étudier, informer et produire des actes et des objets artistiques, plastiques et/ou sonores, dans des environnements urbains contemporains.
Durant des siècles, au coeur des cités, les cloches ont scandé le temps partagé des peuples de l’Occident. Instruments de haute technologie, pour amplifier leur capacité de pénétration sonore à travers les airs, elles étaient portées par des architectures symbolisant les pouvoirs spirituels et/ou politiques qui en contrôlaient l’usage, (clochers, tours, beffrois…) et leurs sonneries mesuraient avec autorité l’espace et le temps collectifs de tout un continent, transmettant de loin en loin, dans un langage musical codifié, les messages rituels, les alertes ou les informations relatives à la communauté qui s’en trouvait ainsi confortée.
Un dispositif complexe, (technologique, stratégique et symbolique), organisait cette présence irradiante de la cloche et de ses supports architecturaux, double paradigme de la maîtrise de l’homme sur la forme et la matière, et de la capacité d’un objet à signifier du symbolique par la production d’un langage (plastique et sonore) catalyseur du tissu social.
Aujourd’hui, l’urbanisation accélérée, conjuguée avec les mutations technologiques et communicationnelles a partiellement dissocié les populations, sectorisé les espaces, fait éclater les centralités, brouillé en les multipliant les symboles identitaires collectifs. Ce que l’on nomme encore le « tissu social », porté par l’inconscient, cherche toujours à se reconstituer, dans un foisonnement quasi clandestin de gestes et d’initiatives individuels,
expressions furtives d’un désir tenace (instinctif), qu’une attention portée révèle mais dont les échos se noient, faute de lieux de partage, faute de repaires convaincants.
Si la cloche n’est plus réellement le signe concret d’un lien social opératoire, elle reste, encore aujourd’hui, l’objet d’une mémoire culturelle sensible que les musiciens contemporains ont su intégrer, en la transformant en instrument à percussion partenaire des instruments classiques, ou en son capté, pour la composition de musiques électroniques.
Cette quête d’évènements relationnels réinventés, pouvant entrer en « résonance » avec l’évolution interne des hommes et des espaces contemporains, est au coeur du questionnement qui nourrit notre recherche dans la perspective concrète de développer une réflexion et de promouvoir la conception d’oeuvres capables, en situation, de convoquer et de projeter la nouvelle étrangeté du monde.



Jean-Louis Raymond





Le travail que l’on cherchera ici à développer sur la plastique du son, ou les plastiques
sonores, nous conduira nécessairement sur ses versants pratiques et théorique. D’une part,
parce que notre quotidien est fait d’usages et de réceptions innombrables du sonore, de ses
fonctions et symboliques diverses, d’autre part, parce que les réflexions esthétiques, sociologiques, philosophiques et même psychologiques en démontrent la dimension cognitive. Le sonore ne fait pas que nous parvenir, il est avant tout produit, et produit pour signifier. Relevons ce simple fait, si bien intégré à notre culture qu'il est souvent omis, que nous sommes des producteurs de sons, et, pour ainsi dire, des êtres sonores et sonorisés, que ces sonorités soient naturelles ou artificielles. À travers un objet spécifique (cf. projet), nous souhaitons donc explorer quelques-unes des problématiques liées à des développements récents dans les sciences humaines ainsi qu’à celles qui relèvent proprement des arts contemporains dans lesquelles le son est tout à la fois le matériau et l’objet de l’oeuvre, la matière et la signification.

Jacinto Lageira.




La problématique
La résonance, du sensible au sens, de la matière à l’espace, du tissu urbain au tissu social, à partir du paradigme de la cloche et dans une large acception de ses modalités et de ses attributs.

Objet de la recherche :
Interroger les conditions contemporaines de production de valeurs symboliques, spatiales et plastiques, pour des objets nouveaux, oeuvres d’art, sources de résonances.
La cloche est envisagée comme un paradigme : celui des relations complexes qu’un objet de haute technologie entretient avec une multiplicité de phénomènes : qualités singulières du son, relation de la sonorité à l’espace et à l’architecture, valeur symbolique de cristallisation et de
partage pour une communauté humaine en pleine évolution.
Cette complexité va être étudiée, interrogée, critiquée au travers :
-d’une recherche artistique, plastique et sonore, débouchant sur des réalisations concrètes (sculptures, environnements, performances, concerts, conceptions et diffusions d’oeuvres radiophoniques).
-d’une recherche sociologique sur la mémoire sonore des espaces urbains, parcours de paroles et itinéraires intimes (analyses et production de textes et de montages sonores)
-d’expérimentations techniques et matériologiques (fonte de métaux, cuisson de pates céramique, utilisation de matériaux synthétiques)
-d’une réflexion théorique et scientifique (étude des phénomènes sonores analyses spectrométriques des matériaux, modélisation et prototypage, etc).
Ces différentes modalités du travail de recherche permettront aux étudiants d’informer des conceptions contemporaines d’espaces et d’objets de résonance.




L'EQUIPE DU PROJET :


Directeur scientifique :


Jean-Louis RAYMOND

06 07 32 57 82

j.l.r@wanadoo.fr

www.jeanlouisraymond.fr

Sculpteur-Céramiste et Photographe, Jean-Louis Raymond enseigne le volume à l'ESBAM où il est responsable de l'Atelier Feu (terre et bronze) et de l'Atelier moulage.

A l'origine d'une recherche comparée entre la sculpture Romane en Occident et la sculpture indienne des temples de l'Inde classique, il a initié avec Servane Zanotti et Pascal Kern une série de voyages d'étude en Inde où il a dirigé des Workshops dans plusieurs Universités; cela a permis d'engager depuis 1995 des échanges réguliers entre l'ESBAM et les Facultés d'Art de Santiniketan (W. Bengal) et de Baroda (Gujarat).
Organisateur de colloques et de cycles de conférences au sein de l'école, il a notamment participé la publication de (N)Ombres (1994), ouvrage réunissant les actes de deux colloques sur le thème baroque et modernité, et Le poids du corps (1995), cycle de conférences. Ces livres ont été publiés en co-édition ENSBA de Paris/ ESBA Le Mans.
Co-Commissaire en 1999 de l'exposition J.M. Straub et D. Huillet, des films et leurs sites (pérsente successivement à l'ENSBA puis au CNP, au Festival de Locarno (2001) et à la Villa Arson), il a établi et présenté l'édition 2008 du livre Rencontres avec J.M. Straub et D. Huillet (co-ed. Beaux-arts de Paris les éditions/ ESBA Le Mans). Par ailleurs, il préside l'association des films et leurs sites, chargée de gérer le site officiel straub-huillet.com et dirige la revue en ligne LEUCOTHA, qui interroge la relation entre cinéma, arts plastiques et socité.

Il prépare actuellement en collaboration avec Charles Malamoud, un livre de textes et de photographies à partir d'un bestiaire mythologique de la sculpture classique indienne.
Chaque année, il organise, à l'ESBAM, un atelier transversal qui prend source à partir d'un cycle de conférences où interviennent des artistes, des philosophes, des scientifiques, des écrivains ou des musiciens. Les thèmes abordés récemment sont : Le silence, le son (2002), En termes politiques (2004), Attitude-Action (2005), Humanité-Animalité (2006), Prendre les mots (2007), Le désordre (2008), L'Argent (2009).
Jean-Louis Raymond expose régulirement son travail dans des Salons professionnels internationaux et dans des Galeries spécialisées. Plusieurs de ses sculptures ont été acquises en commission d'achat pour le Musée de Sèvres.



Conseil scientifique :


Michel DUPUY

06 87 21 57 85

mxdupuy@orange.fr

www.dector-dupuy.com

Enseignant la peinture et le dessin l'Ecole du Mans, Michel Dupuy a organisé avec Michel Makarius, le colloque La question du double (actes publiés par l'Esbam, 96), et des expositions : Sturtevant (1996), Fisi ma Tenten la suite d'un échange avec la Hochschule fr Bildende Kunst, Hamburg (2000) et Peintures migrantes (Ch.Cuzin, A.V.Janssens, J.Stockholder, 2004).

Michel Dupuy forme avec Michel Dector un couple d'artistes. Ils ont participé à de nombreuses expositions ou manifestations, parmi lesquelles : Expo 02 Neufchtel 2002, Chez moi chez toi Beyrouth 2002, Hardcore Palais de Tokyo 2003, Trichtlinnburg Maastricht 2005, Visites guides C.C.Suisse, Paris 2006 et 07, Carottage Galerie Bize Nancy 2006, De Montmorency Metz Vu Vul Paris 2007, Toutes les voix comptent Frac Lorraine Metz 2008, Du Genteil au bout du monde Chapelle du Genteil Château Gontier 2008, Du Grand Palais la cour carrée FIAC Paris 2008, LECL au Quartier, Quimper 2009. Chemin faisant, a walk around the block, La Ferme du buisson, Noisiel 2010, Du Frac au Centre, du Centre au Frac, Frac Lorraine, Metz 2010, Geismar et Isabey, Galerie Hervé Bize, Nancy, 2011, Renouveau réalisme, FRAC Poitou-Charentes, 2011, Partenaires particuliers, CRAC Alsace 2012, Ever-living ornemant, Micro-onde Vlizy et Marchalerie de Versailles, 2012.




Jacinto LAGEIRA

Tel 0143950933

jlageira@wanadoo.fr

Professeur en esthétique Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; membre du LETA (Laboratoire d'esthétique théorique et applique, Paris 1), et critique d'art.

Publications récentes : L'image du monde dans le corps du texte (I, II), La Lettre volée, 2003 ; L'esthétique traverse Psychanalyse, sémiotique et phénoménologie l'oeuvre, La Lettre volée, 2007.
Il a collaboré notamment avec : Jan Kopp, Paris, Isthmes éditions, 2005 ; Jean-Marc Bustamante, Paris, Flammarion, 2005 ; James Coleman, Lisboa, Museu do Chiado/Museu Nacional de Arte Contempornea, 2006 ; Le livre d'artiste, Marseille, d. Le Mot et le reste, 2007 ; Angela Detanico/Rafael Lain, Pavillon Brésilien de la Biennale de Venise, 2007 ; Jordi Colomer, Galerie Nationale du Jeu de Paume, 2008.




Philippe LANGLOIS

06 14 66 38 62

philippe.langlois@netcourrier.com

Après avoir étudié la composition électroacoustique au studio de création musicale La Grande Fabrique et entrepris une importante recherche sur les procédés électroacoustiques au cinéma, Philippe Langlois termine une thèse de musicologie en 2004.

Parallèlement, de 1999 à 2002, il est producteur de l'émission Tu vois ce que j'entends sur France Culture avant de diriger l'Atelier de Création Radiophonique aux cts de Frank Smith. Auteur de documentaires, programmateur du cycle de films Du muet au Parlant, Expérimentations sonores au cinéma, à l'auditorium du Louvre en 2004, ainsi que Les films du service de la recherche de l'ORTF, au MAC/VAL, en 2006. Par ailleurs, il est enseignant l'Ecole Supérieure des Beaux Arts du Mans.




Christian MORIN

06 80 22 80 85

cmorin@coclico.fr

www.cite-image.archi.fr ; www.plateau-web.com ; www.coclico.fr

Infographe depuis 1984, Christian Morin enseigne l'hypermedia l'école supérieure des beaux-arts du Mans au sein de laquelle il a largement contribué au développement harmonieux des moyens numériques dans l'ensemble des fonctions de l'école. Il y a régulièrement engagé des ateliers interrogeant réseau, programmation, interactivité, mobilité, protocoles, systèmes de représentation.

A l'école nationale supérieure d'architecture de Clermont-Ferrand, De 1997 2003, il a conduit avec Felix Agid une expérience originale cité image qui interroge des aspects de la société active en métamorphose. Les actes produits ont été synthétisés par l'image photo et vidéo, la musique et la danse, la poésie sur un triple cd-rom Présent, architecture des échanges produit par la DAP et la Direction de l'Architecture et l'Urbanisme du Ministre de la Culture.
Depuis 2000, mise en place de Plateau Web : grammaire image, média architecture coeur d'un schéma pour appréhender les réseaux dans une pratique de vie relationnelle à travers des actes mélangés : travail partagé, séminaires distance, diffusion d'informations, synthèse de l'essentiel
Membre de l'équipe de recherche échelles des dynamiques, lauréat de l'appel à projets 2008 du BRAUP (Bureau de la Recherche Architecturale, Urbaine et paysagère, Ministre de la Culture.
Parallèlement il crée en 1998, au Mans, co.cli.co studio de création multimédia de statut s.a.r.l. - Cette entreprise d'industrie culturelle emploie 5 personnes. C'est avec cet outil de conception, qu'il interroge avec le Professeur Alain Le Mhaut la question de la représentation des systèmes complexes. Il est membre du conseil scientifique du SYSCA Systemes Complexes Atlantique.
Depuis 2005 Christian Morin est membre de l'équipe projet qui développe l'IUDAC, Université pluri-disciplinaire d'Afrique Centrale. Ce projet est soutenu par le MAE, l'AFD et la Banque Mondiale.



Direction des modules de recherche :


Elvio CIPOLLONE

03 88 62 61 00

e_cipollone@yahoo.fr

www.elvio.cipollone.net

Enseigne à l'Université de Strasbourg.

Elvio Cippollone est né à Vérone en 1971. Il étudie la composition auprès de P. Perezzani au conservatoire de Mantoue (de 1990 1995) et ensuite auprès de Salvatore Sciarrino. En 1997, il est finaliste du concours international de composition Gaudeamus Music Week d'Amsterdam avec la pièce Nitide imprecisioni pour piano seul.
Depuis 1995, il enseigne la musique de chambre, puis la composition, et l'Informatique musicale à l'Université de Marc Bloch de Strasbourg. Il suit la session de composition Voix Nouvelles 2000 à l'abbaye de Royaumont avec Brian Ferneyhough, Jos Evangelista, et Jean-Luc Hervé.




Philippe DENICOURT

06 86 68 19 27

philippe.denicourt@wanado.fr

Architecture-urbaniste. Enseigne le design d'espace à l'Esba du Mans.

Spécialisé dans la méthodologie du projet, il encadre les étudiants dans la préparation de certains concours concernant l'aménagement de l'espace urbain (Concours Robert Auzelle, concours international art urbain.fr dans lequel l'école a été distinguée en 2007).
Par ailleurs, avec l'option design ou de manière transversale, il organise de nombreux voyages d'études dans différentes villes d'europe (Barcelone, Rotterdam, Stockholm, La Tourette, Valencia)




Christophe DOMINO

06 85 81 53 14

christophe.domino@wanadoo.fr

Christophe Domino est critique d'art, commissaire d'exposition (Gilles Mah, [mac] Marseille, 2004-2005 et Vox (Montral), 2008; Iain Baxter& (Villa Arson, Nice, en collaboration avec M.-J. Jean, 2006-2007) ; Le reflet, le doute, la menace, en Corse et en Sardaigne, été 2005 et été 2006), Leonardo Boscani (Paris, L'atelier-Galerie Jean Brolly, 2007) ;. Il enseigne aujourd'hui la culture générale l'ESBA Le Mans. Il collabore régulièrement au Journal des arts et écrit pour des catalogues d'exposition, des publications académiques.

Il a publié une douzaine de livres chez Scala (L'Art Moderne et L'Art contemporain dans les collections du Mnam ; ciel ouvert -le Land Art et après, édités en 2005 ; L'Art contemporain africain, avec André Magnin, juin 2005), Gallimard (Francis Bacon, 1996 ; Pop Art, 2001), des catalogues d'expositions (Géographiques, FRAC Corse, 1997), des monographies (Ed Pien, Centre Culturel Canadien, Paris, 2002 ; Stephen Dean, ActesSud-Altadis, 2004 ; Gilles Mah, _Ed. J.-M. Place, 2004)
Il travaille aussi pour le cinéma, la télévision (La Cinquième, 1996-1999) et la radio (France culture, 1999-2003).




Olivier HOUIX

01 44 78 48 46

houix@ircam.fr

Doctorat d'Acoustique. Université du Maine (2003). Catégorisation auditive des sources sonores sous la direction de Stephen McAdams et Ren Causs l'Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique (Ircam).

-Licence de Psychologie, Université Paris 5 (1998).
Chargé de recherche dans l'équipe Perception et Design Sonores. Travaux s'articulent principalement autour du design sonore en abordant autant les questions théoriques en lien avec la perception de notre environnement sonore que des aspects de design et d'évaluation d'interfaces sonores.
Travaille actuellement dans l'équipe sur un projet industriel et j'enseigne à l'école Supérieure des Beaux Arts du Mans autour des techniques du son (captation, édition, montage, informatique du son, écoute, ...).
2006-2009 juillet - février : Projet européen CLOSED / Pds-Ircam_
- Evaluation de la fonctionnalité dans un cadre de design sonore interactif.
2005-2006 septembre - mars / Pds-Ircam_
- Structuration d'une base de donnes sonores de sons environnementaux._
- Mesure de l'urgence perue de sons pour l'habitacle d'une voiture (projet industriel).
2003-2005 : Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche au sein du Département de la Psychologie, équipe Cognition et Usages. Université de Saint Denis. Demi-poste. Chercheur invité dans l'équipe Design Sonore.
2003 avril - août / Pds-Ircam._- Mise en place d'un protocole expérimental audio-visuel dans le cadre d'un projet
industriel portant sur l'évaluation de la qualité sonore des automobiles.
Enseignement
- Cours de psychoacoustique, Master 2 ACAR - ACIND, UMPC Paris 6, septembre-octobre 2008.
- Cours de psychoacoustique, Conservatoire National des Arts et Métier, octobre-décembre 2007.
- Statistiques inférentielles, DEUG de Psychologie Générale, Université de Saint Denis, années universitaires 2003-2004 et 2004-2005, poste ATER.
- Perception et psycho-physiologie de l'audition, MST Interprtation en langue des signes, Universit Dauphine, 2me semestre 1999-2000, 2me semestre 2000-2001, 2me semestre 2001-2002.




Jean-Yves PETITEAU

06 84 71 35 41

jean.yves.petiteau@free.fr

Chercheur associé au Laua. Ingénieur d'étude C.N.R.S 1ère classe, UMR Ambiance Architecturale et Urbaine 1563, Centre de Recherche sur l'Espace Sonore et l'Environnement Urbain (CRESSON). Docteur en Aménagement.

Thèmes de recherche nature de l'activité scientifique : à partir d'observations concernant les agencements théoriques et méthodologiques entre Art et aménagement, mes recherches portent plus précisment depuis trois ans sur "Art et Anthropologie" qu'il s'agisse de la mise en oeuvre ou de la mise en scène dans l'espace public.
Les rapports entre la marche et le concept habiter sont au centre de ce travail et sur le champ méthodologique ; Je travaille en collaboration avec d'autres chercheurs et artistes sur les rapports entre image et récit.
Opérations de recherche en cours : préparation d'un séminaire "La marche" pour le CRESSON en 2005-2006 Préparation d'un colloque Cerisy programmé pour septembre 2006 intitulé : intervention personnelle (avec Emmanuelle Chrel) "Les territoires de l'habiter"