Deprecated: mysql_pconnect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/cimatfra/resonnances/Connections/resonance.php on line 15
Mouvements

Mouvements  > ARC

Sculpture et objets sonores

Jean-Louis Raymond et Christian Morin


Rapport_Inter._R__so3_copieJean-Louis Raymond et Christian Morin avec les intervenants : Maxime Echardour
(percussionniste), Nicolas Chedmail (ensemble Spat sonore), Matthieu Saladin (musicologue) ainsi
que Philippe Langlois et Olivier Houix (enseignants à l'école et spécialistes du son).


De tout temps et dans toutes les civilisations les hommes ont fabriqué des objets capables de produire des sons, résonants, vibrants, sifflants, prolongements du geste et de la voix, scansion des rythmes, imitation de cris d’animaux ou de bruits de la nature. Il s’agissait de communiquer en participant au concert du monde : instinct mimétique aux origines du langage, qui a engendré le désir de concevoir et d’élaborer des instruments pour créer des musiques cristallisant des modes relationnels sensibles, porteurs d’informations et d’émotions.


L’Arc Sculpture et objets sonores a proposé un champ de recherches plastiques et matériologiques privilégiant la mise en oeuvre de matériaux céramiques (porcelaine, grès, faïence et terra cotta) et bronze, en restant ouvert de toutes les manières aux autres matériaux, naturels ou synthétiques.


Cet Arc a commencé à se développer et continuera de le faire dans le mouvement croisé de pratiques plastiques en atelier, de rencontres et de collaborations avec des artistes plasticiens, des musiciens, des percussionnistes, des facteurs d’instruments, des ingénieurs acousticiens ou spécialistes de la physique des matériaux. 







SEOS16Atelier percussion
Maxime Echardour

Percussioniste membre de plusieurs ensembles musicaux (Instant donné, Trio de Bubar, Ensemble Khaps, est venu en novembre 2010 à l'école des Beaux-arts du Mans animer un atelier de percussion.
Il a prononcé une conférence sur la question de la percussion dans la musique, donnant un aperçu général des percussions dans la musique, ses sources, son évolution historique à travers les diférentes périodes et styles jusqu'à la période contemporaine.
Dans un deuxième temps il a animé un atelier expérimental de percussion au moyen des matériaux les plus divers, soit apportés par lui-même, soit fournis par les étudiants dans une recherche préalable.



Sans_titre_3_copieSans_titre_2_copie

Sans_titre_1_copieSans titre-4 copie_1

SEOS07SEOS12SEOS14




Atelier Ricochets
Cyril Jarton et Jean-Louis Raymond

Cyril Jarton mène depuis 2004 une recherche et un travail de création sur le jeu. Cette recherche a donné lieu à divers séminaires (école d’art d’Avignon et université Paris 8) et publications, notamment Partout comme aire de jeu, anthologie aires de jeu d’artistes, éditions Vincent Romagny 2009 et Regard casanovesque sur l’infuence du jeu dans l’art moderne et contemporain, catalogue Casanova for ever, frac Languedoc- Rousillon, 2010. Il a également été commissaire des expositions, Ecce homo ludens I, le jeu comme art et comme mode de vie, musée d’art contemporain de Sérigan, 2010 et Ecce Homo Ludens II, le jeu dans l’art contemporain, au musée suisse du jeu, 2011.
Il préside la Fondation Mondiale des Ricochets. Il enseigne aux Beaux Arts. d' Avignon. Cet atelier a pris place dans l'atelier transversal «Le Jeu». Il a fait suite à une conférence prononcée par Cyril Jarton à l'Esba Le Mans.: «Le jeu comme art et mode de vie».
Il est également un travail préparatoire à la production de ricochets sonores et au projet Tintamarre.

Rapport_Inter._R__soARapport_Inter._R__so1ARapport_Inter._R__so2A



Ricochets siffleurs
Amaël Bougard, Christian Morin et Jean-louis Raymond 

 Le travail sur les différentes formes de ricochets est un préalable à la constitution de ricochets qui émettent des sons pendant leur trajectoire. Une première étape a consisté à réaliser des palets en terre cuite ornés de dessins ou d'inscription, inscrivant le geste du lancer dans celui d'une perte, d'un abandon symbolique, d'une dépense. Puis le travail a pris une direction plus technique : après avoir mis en évidence la nécessité de la gachette pour le doigt – et donc d'une forme asymétrique - dans la fabrication d'un palet à ricochets performant, le travail s'oriente maintenant vers des dispositifs de toupies sonores dont les encoches seront calculées pour former sifflet tournant pendant la trajectoire, en prenant pour cela modèle sur des toupies ou des diabolos siffleurs.

Rapport_Inter._R__so2YRapport_Inter._R__so1YRapport_Inter._R__so5YRapport_Inter._R__so4YRapport_Inter._R__so6Y


 Un travail de modélisation sur ordinateur appliquera les protocoles de conception et fabrication numériques aux contraintes de densité / rebond et de cavité / son produit.
 Pour une part la réalisation de ces ricochets siffleurs se fera à partir du moulage de prototype pour des coulages en barbotine de porcelaine. Certains seront émaillés et cuits et d'autres seront laissés crus pour un lancé unique.

______h______o





La machine à rythme
L'écoute du vide

Anne-Sophie

Le rythme c'est un tout, le tout c'est le rythme.


L'auto-organisation temporelle.

Durant ces conférences, beaucoup de choses se profilent derrière ce mot: la récurrence du cycle, la variation, les cellules qui régissent notre corps, l'importance du geste. Il y a un ordre, le rythme n'est pas forcément une répétition, il organise une durée de façon mouvante. Il est ancien et, de la même manière, très moderne; c'est un souffle de tous les jours (le rythme social). C'est aussi l'aspect hypnotique (le mandala, dans les courts-métrages de James Whitney), on réalise nos actions du quotidien sans s'en rendre compte, le mouvement devient mécanique. Ces forces mécaniques et ondulatoires qui semblent régir le monde.

Le mouvement mécanique.
Esthétique dynamique piochée dans le domaine des sciences. L'art Cinétique, mi-artistique, mi-naturel, mi-technologique. Un art autonome. La destruction de la forme par le mouvement rend possible la consommation spirituelle.


Les rythmes cinétiques constituerons la base d'une perception du temps réel.

L'art Cinétique, Frank Popper.

Anne_Sophie_la_machine____rythme1_2Anne_Sophie_la_machine____rythme1_1

M.K.3, 1964 Jean Tinguely                       Croquis Jean Tinguely
Anne_Sophie_la_machine____rythme1_3
Rotative demi-sphère, 1925 Marcel Duchamp


“ Dans les rapports entre elles, les formes en mouvement sont autant de mélodies qui se chevauchent, s'enchevêtrent, réglées comme une partition d'orchestre. Cependant, tout est une question de rapports, et les rapports forment l'enchaînement. La difficulté est la rondeur de l'ensemble, la continuité de la mélodie. Un dessin dans le temps.”
Jean Peyrissac, 1939.

Le mouvement cinétique en art m’a beaucoup inspiré et apporté dans la création de la machine. Le rythme représente tellement de choses, ce qui m’a amené à une description large: la mouvance cyclique. A travers le silence, écouter le léger mécanisme de l’engin, sa respiration. Se rapprocher du vivant tout en écartant l’organique. Il s’agirait d’ouvrir son esprit à la contemplation, cesser de suivre ses circuits quotidiens, marquer une pause et observer ce qui se passe, où on en est rendu.
La machine se base sur une construction assez minimale, brute, avec des matériaux de récupération. En cela, l’objet mécanique a pour simple but la présentation pure du mouvement, de l’engrenage et de tout ce que ça engendre chez le spectateur. C’est aussi, bien sûr, un pas de côté face à l’avancée technologique d’il y a quelques temps, l’importance de la machine aujourd’hui, celle qui prend entre autre, dans certains cas précis, la place d’humains pour réaliser des manoeuvres de production. Celle-ci est réduite à l’état embryonnaire, sans danger, sans grand pouvoir. En soit elle n’est pas utile mais se met en route, on y verrait un paradoxe envers la rentabilité de la production face au temps.

Quant aux gravures, il s'agit de plans, des croquis de machines inventées, aussi étranges les unes que les autres: des engins décrits dans les Impressions d'Afrique de Raymond Roussel.
L'esthétique du plan, le croquis préparatoire d'une machine, me plaisait. On remarque notamment dans ceux réalisés par Jean Tinguely (voir image plus haut) un mouvement très bien décrit, beaucoup d'ardeur; la machine vit sur le papier avant même d'avoir été construite. Le fait de les interpréter en gravure permet de donner à ces brouillons une forme plus « noble », de qualité, une sorte de mise en valeur de la richesse des plans. Les rajouter à la machine programme une suite, par étapes.
Le livre de Raymond Roussel a vraiment été un trésor.
On pénètre dans un monde complètement inventé, assez fou. Beaucoup de machines musicales ou autres sont décrites avec une infime précision. Il semble nous offrir le mode d'emploi. La reprise de ses textes m'a ouvert sur un aspect surréaliste qui pouvait créer une ambiance avec la machine, la richesse de ses explications, et la découverte de cet homme que je ne connaissais pas.

Anne_Sophie_la_machine____rythme1_5

Raymond Roussel (1877-1933), était un écrivain, dramaturge et poète français.

Ecriture imaginaire, beaucoup de ses livres furent perçues comme des oeuvres déroutantes.
On le considère comme le précurseur du Surréalisme.

 Les croquis des installations sonores de Pierre Berthet m'ont également intéressé. Cet artiste contemporain travail surtout autour du son, il est d'ailleurs compositeur. Ce croquis ci-dessous pourrait très bien lui aussi sortir d'une page des Impressions d'Afrique.

Anne_Sophie_la_machine____rythme1_6


D'autres artistes me paraissent intéressant en rapport à ce projet.
Je pense notamment à Fichili & Weiss et Le cours des choses : un parcours précis et bien pensé où un élément provoque une action qui en engendre une autre et ainsi de suite, et cela autour d'un équilibre parfais et éphémère. Lorsque l'on construit une machine de ce genre, on ne se trouve pas forcément sûr du résultat, tout tiens à la précision et l'équilibre des forces.

Les spectacles du circassien, plasticien et manipulateur d'objet Johann le Guillerm m'ont également touché. Il réalise de très belles machines, assez simples aux premiers abords.
Elles paraissent et possèdent des noms aussi étranges que celles de Raymond Roussel ( tractochiche, tour pentapieds...).
Pour finir, je crois que cette expérience m'aura donné envie de poursuivre dans la construction de machines, dont le projet d'une machine musicale, qui provoquerait des sons telles les inventions de Joe Jones.
Le travail autour du rythme aura pris toute l'ampleur qu'il faut. J'ai redécouvert des artistes au sein de l'art Cinétique et du Surréalisme. L'aspect épuré, brut et manuel de ce projet convient tout à fait à mes attirances dans tout mes travaux en général.
Il s'agirait là d'un début à une tendance vers les sonorités, les mouvements. Et cet intérêt pour le vide, l'espace qui flotte autour de nous, l'atmosphère dans laquelle nous pénétrons; « l'aura » de la machine.

Anne_Sophie_la_machine____rythme1_7




Travail en atelier avec Nicolas Chedmail du Spat sonore

P1070003P1070014








P1070016P1070005











Sculpture de Maëlle Simon

Rapport_Inter._R__soY



Sculpture sonore Marine Dubois et Maxime Echardour

dessin_maquette_N__1__1_DSC_0359DSC_0372DSC_0390




Réalisations dans le cadre de l'arc - Expérimentations avec Elvio Cipollone, Nicolas Chedmail, Maxime Echardour et Jean-Louis Raymond

SEOS23SEOS24SEOS26SEOS27SEOS29SEOS30SEOS31SEOS32SEOS33SEOS34SEOS35SEOS36SEOS37SEOS38SEOS40SEOS42SEOS43SEOS44SEOS51SEOS46SEOS48SEOS49SEOS50SEOS51